01 septembre 2011

La musicothérapie, le petit plus pour les malades d'Alzheimer



La
musique adoucit les moeurs, c'est bien connu, mais elle peut aussi dans le cadre d'un échange participatif, faire beaucoup plus... Elle peut aider des personnes qui ont des pertes de repères et de mémoire, comme les malades d'Alzheimer, à rentrer en relation avec elles mêmes et avec les autres.

Mais qu'est-ce que la musicothérapie ? C'est l'utilisation des éléments constitutifs de la musique qui ont un rapport avec le corps - c'est à dire le mouvement, le rythme, les gestes, le son, la voix- pour créer des canaux de communication et solliciter une relation. Pour les personnes atteintes de troubles cognitifs, comme les malades d'Alzheimer, cette technique toute en souplesse peut les aider à sortir de leur isolement et à retrouver des repères...

Les hommes utilisaient la musique à des fins thérapeutiques dès le Ve siècle avant Jésus-Christ dans la Grèce de Platon. Cette pratique a pris un tournant professionnel aux Etats-Unis, en Angleterre et au Canada dans les années 1940. En France, elle était utilisée pour soigner les traumatismes psychiques des soldats pendant la Deuxième guerre mondiale.

Depuis une dizaine d'années, la musicothérapie a pris un nouvel essor dans l'Hexagone et commence à se faire connaître. Connaître, mais pas encore reconnaître, contrairement à d'autres pays d'Europe, comme l'Allemagne, l'Angleterre, le Danemark... En France, il n'existe pas de formation et de diplôme reconnus par l'Etat.

Il n'y a pas de techniques pré-établies en musicothérapie, ce qui rend ce métier difficile à cerner. Une séance de musicothérapie peut prendre différentes formes, selon la personne à qui elle s'adresse.

Certains praticiens s'inspirent des travaux de Marcel Jousse, un anthropologue du geste qui dit que l'homme est un "édifice de mémoire" et qu'il se construit par le geste et le rythme. Une autre influence est la pédagogie Schulwerk du musicien et compositeur bavarois Carl Orff, célèbre pour son oeuvre orchestrale Carmina Burana.

Le musicothérapeute puise souvent dans les modes de musique traditionnels, comme le "responsorial", que nos sociétés occidentales modernes ont abandonnés. Quelque soit la technique employée, il s'agit toujours de créer un lien social.

Dans l'atelier voix animé par Patrick Berthelon, aux Roches d'Orgères, une maison d'accueil pour personnes âgées dépendantes près de Dijon, une vingtaine de personnes passent tous les vendredis matins un moment de convivialité.

Des ateliers plus ciblés, en petits groupes ou seul à seul avec le thérapeute, existent aussi, mais ils rentrent dans le cadre du champ thérapeutique et ne sont pas ouverts aux visiteurs. Reportage d'Ariane Gaffuri, présentation Claire Hédon.

Cliquez ici pour écouter le son>

Pour en savoir plus sur la musicothérapie, consultez ces sites:
Site AMB: Atelier musicothérapie de Bourgogne
Site: Carmina-carmina.com
Vidéo du chant kurde "responsorial": Feleknaz Esmer et Gazin.
Vidéo du chant breton "responsorial" : Les soeurs Goadec.

Ci-dessous (de gauche à droite) : les musicothérapeutes Patrick Berthelon et Willy Bakeroot. L'infirmière Annie Gillingham.


Aucun commentaire :

Publier un commentaire